Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photo : CC Flickr/Luftphilia

Photo : CC Flickr/Luftphilia

L’islam nous enseigne ses propres conceptions sur :

1- ce que sont la réussite et l’échec dans cette vie ;

2- comment on obtient la réussite et l’échec ;

3- de quelle manière on peut tirer avantage de tout ce qui arrive (tout ce qui arrive au croyant, échec ou réussite, est un bienfait d’Allâh) ;

4- le fait que la vie est un test et pourquoi tout ne va pas toujours comme on veut.

 

Vous êtes-vous déjà retourné sur votre vie pour voir les échecs et les réussites et faire un bilan. Dans la plupart des cas, on regarde le matériel et les choses qui ont une signification dans la société. Souvent même on se juge soi-même par rapport à ces échecs et à ces réussites en fonction du regard des autres sur ça. Combien de fois vous êtes-vous demandée comment vous alliez réussir à vous nourrir, ou à payer votre loyer si vous n’obteniez pas tel examen ou tel emploi ?

 

En réalité ces interrogations n’ont pas lieu d’êtreElles sont la réponse erronée à une situation mal comprise. C’est dû à un problème de conception de la vie et de ce que sont la réussite et l’échec.

Pour nous, croyants, la réussite et l’échec sont toujours liés à Allâh et pas à quelque chose de cette vie-là, que ce soit matériel ou abstrait comme le regard des autres.

 

Ce qui est au centre de notre vie c’est la relation que nous entretenons avec Allâh Azza wa Jall.

Les richesses, les diplômes, le statut social ne sont pas des signes de réussite. 

 

Sourate 49, AL-Hujurat, les Appartements, verset 13

« En vérité, le plus méritant d'entre vous auprès de Dieu est le plus pieux. »

 

Quand on conçoit la réussite ou l’échec vis-à-vis de la dounia, de la vie matérielle, nous sommes fragilisésdès que quelque chose ne va pas comme on le veut.

On s’inquiète de savoir ce que les autres vont penser de nous, si on est capable d’atteindre nos objectifs, comment sera notre vie, etc. 

Mais aussi on se trompe sur les signes de la réussite ou de l’échec : on imagine que la réussite dépend du montant de notre salaire, de la maison que l’on a ou pas, du nombre de voitures que l’on possède, de la reconnaissance des autres, etc.

Or, c’est une erreur de placer l’obtention de ces éléments en tête de nos objectifset ils ne correspondent pas à ce qu’Allâh nous a donné comme définition du bonheur islamique.

 

Dans leur conception de la réussite, les adolescents ne tiennent pas compte de Celui qui crée le bonheuret le malheur.

La réussite est liée à Allâh Azza wa Jall.  

Réussir c’est satisfaire Allâh, gagner le Paradis. 

Échouer c’est provoquer la colère d’Allâh et aller en Enfer.

Pour le reste, c’est Allâh qui est la cause de notre bonheur ou de notre malheur.

C’est Allâh qui fait que les choses vont nous faire rire ou pleurer.

 

Sourate An-Najm, L’étoile, verset 42

« … que c'est Lui qui fait rire et pleurer,… »

 

Les questions de richesse, de reconnaissance des autres, de confiance en soi, sont en réalité un problème de cadre de référence.

La Révélation est venue pour expliquer aux hommes comment être bien ou non, comment réussir ou comment échouer. En lien avec Allâh.

De plus les sources de bonheur liées aux choses matérielles sont relatives

Par exemple, les critères de bonheur ne sont pas les mêmespour celui qui a de l’argent et pour celui qui n’en a pas. Ceux qui en sont privés vont vouloir en avoir, ceux qui en ont, vont en vouloir plus ou vouloir autre chose.

Mais se poser la question de la réussite et du bonheur en lien avec la dounia est une perte de temps.C’est également un problème d’orgueil. Nous allons y revenir plus tard. 

Il faut comprendre que Tout vient d’Allâh et que nous ne pouvons rien faire contre Sa volonté

Rien ne dépend de nous. Mais tout dépend de Lui. 

Il faut nous mettre à notre place et accepter que nous ne sommes rien en comparaison à notre Seigneur.

La satiété, le fait d’être satisfait de ce que l’on a dépend également de la Barakah et de la Ramah d’Allâh.

C’est donc vers Lui et vers Lui seul que nous devons nous tourner.

 

Souvent nous faison un mauvais diagnostic de la situation.

On se trompe sur le sens de la réussite et donc des moyens à mettre en œuvre pour y parvenir

On utilise des remèdes inadaptés : enlever son hijab, raser sa barbe, regrouper ses prières le soir. 

Le contraire de ce qu’Allâh attend de nous.

On réussit en adorant Allâh, en Lui obéissant, en étant un muminun, comme Allâh nous le dit premiers versets de la sourate 23, Al Muminun, Ceux qui croient. Je vous invite à le lire chez vous.

 

Sourate 26. An-Nahl, Les Abeilles, verset 97

« Quiconque, homme ou femme, aura fait le bien tout en étant croyant, Nous lui assurerons une vie heureuse. Et Nous les récompenserons en fonction des meilleures de leurs œuvres. »

 

Pour obtenir la grâce d’Allâh sur cette Terre, il faut agir par les moyens qu’Il nous a donnés : comme manger Halal, faire tawbade nos péchés, respecter le lien de parenté, craindre Allâh (c’est-à-dire craindre sa colère et agir de manière à ne pas Le mettre en colère), etc.

 

Sourate At-Talaq, Le Divorce, versets 2 et 3 :

« Le Seigneur ménage toujours une issue favorable à celui qui Le craint,

et Il lui accorde Ses dons par des voies insoupçonnées. Dieu suffira à quiconque s'en remet à Lui, et Ses arrêts s'accompliront toujours, car à toute chose Il a assigné une mesure. »

 

Échouer c’est mettre la douniaen haut de mes préoccupations, c’est compter sur moi ou sur quelque chose ou sur quelqu’un d’autre qu’Allâh. C’est imaginer que mon diplôme m’assure le bien-être, que sans un patron je n’aurais plus de quoi vivre, etc.

C’est oublier que Seul Allâh Azza wa Jall peut tout et qu’Il décide de tout.

Notre comportement a des conséquences sur cette vie : un bon comportement – une belle vie, les péchés engendrent la colère d’Allâh et des maux : la maladie, les guerres, les tremblements de terre, etc. Allâh nous a prévenu.

Il faut donc placer sa confiance en Allâh, et s’accrocher à croire en Lui, même si les preuves que mes bonnes actions sont bénéfiques dans cette vie ne sont pas apparentes pour moi

 

Comme dans un hadith authentique, Abu Said (ra) raconte : « Un homme vint auprès du Prophète (saws), demander de l'aide pour son frère qui avait des maux de ventre. Le Prophète lui prescrivit de prendre du miel. L'homme revint une seconde fois pour signaler que son frère était toujours malade, sur quoi le Prophète lui demanda de reprendre du miel. L'homme vint une troisième fois, le Prophète s'exclama alors : « Dieu est véridique et le ventre de ton frère a menti, donne-lui donc du miel ! » Il s'exécuta et son frère trouva la guérison. » 

 

Donc même s’il n’est pas évident de faire confiance à Allâh quand on ne constate pas immédiatement les bienfaits de nos efforts ou quand notre logique nous incite à suivre une manière plus facile et plus évidente pour atteindre nos objectifs, il faut patienter et tenir bon, car seul Allâh peut nous venir en aide.

C’est Allâh seul qui peut nous guérir, nous donner, nous prendre, nous faire réussir ou nous faire échouer. Et c’est donc sur Lui seul que nous devons compter.

Même si c’est parfois difficile parce qu’Allâh nous ne le voyons pas, alors quel’emploi, le diplôme, le permis, le mariage que nous briguons ils sont bien concrets devant nous.

L’islam nous donne donc des définitions claires de ce que sont la réussite et l’échecpour l’homme en lien avec Allâh. 

Mais, l’islam nous apprend également qu’en fait l’échec sur cette Terre n’existe pas pour le croyant.

 

Selon un hadith authentique rapporté par Muslim, le Messager de Dieu ‘alayh-is-salam, a dit: "Ce que l'affaire du Croyant est étonnante! Son affaire ne comporte (pour lui) que du bien, et cette faveur n'appartient qu'au Croyant: s'il est l'objet d'un événement heureux, il remercie Dieu et c'est là pour lui une bonne chose. S'il est victime d'un malheur, il l'endure avec patience et c'est là encore pour lui une bonne chose". 

 

Selon un autre hadith rapporté par Tirmidhi, d'après Aicha (qu'Allah l'agrée), le Prophète ‘alayh-is-salama dit: «Le croyant n'est pas touché par une épine ou par quelque chose de plus grave sans qu'Allah ne l'élève d'un degré et ne lui enlève un péché».

 

On ne détermine pas son bonheur par rapport aux biens que l’on a sur cette terre, mais selon la satisfaction d’Allâh et le bien que l’on fait.

Tag(s) : #Adolescents

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :